Ancien joueur:  » J’ai perdu ma femme, ma maison et ma famille « .

Arnaud, 47 ans, de Paris, raconte comment les paris libres ont continué à l’attirer tout en essayant de briser sa dépendance.

L’ancien membre du backdoor poker club qui avait brillé au tournoi CNIC 2017 était un joueur reconnu qui semblait avoir tout son contrôle. Mais les paris sportifs l’ont fait basculé du côté obscur. Il nous raconte son histoire.

Le jeu était une évasion pour moi. C’était un endroit où j’allais quand la réalité était trop dure à supporter. La réalité était particulièrement difficile quand j’avais perdu beaucoup d’argent. Je pensais que je pourrais tout regagner et que tout irait bien.

J’étais accro à la libération d’endorphines que vous obtenez quand vous dépensez de l’argent que vous ne pouvez pas vous permettre, mais j’étais aussi accro à l’acte physique de placer un pari.

En tant que dépendant, je me suis exclu à quelques reprises des sites Web, mais ensuite je déménageais et je m’inscrivais à nouveau avec une nouvelle adresse. Je recevais un courriel d’un autre site me disant qu’il s’agissait d’un pari gratuit de 50€, et je me suis convaincu que ce n’était pas vraiment du jeu car c’était gratuit, alors des offres comme celle-ci m’attiraient à nouveau.

Je m’excluais moi-même et je m’inscrivais à nouveau. Cela aurait été tellement plus facile si, lorsque vous vous êtes auto-exclu, vous aviez été automatiquement bloqué de tous les sites Web et qu’il n’y avait aucun moyen d’y retourner. S’il y a une faille, il est facile d’en profiter.

Je sais que certains sites Web sont également notoirement mauvais pour ne pas sévir lorsque les gens se sont auto-exclus, alors ils prendront un certain temps pour répondre. Parfois, les gens peuvent s’inscrire à nouveau avec un seul chiffre différent dans leur email, en utilisant le même nom. C’est aussi très difficile de s’auto-exclure – ils demandent, êtes-vous sûr ? C’est aussi écrit en petit sur l’écran et dur à trouver sur beaucoup de sites. il est clair qu’ils ne veulent pas que vous en arriviez là.

Mais ce n’est pas seulement en ligne, l’auto-exclusion dans les casinos terrestre est tout aussi difficile. Je sais d’après des amis qu’ils [les employés de casinos] ne font pas toujours les vérifications appropriées et que parfois le roulement du personnel signifie que les gens passent à travers les mailles du filet.

Je ne joue plus, mais quand je le fessait, ça a pris le dessus sur ma vie. Il est important que les gens aient un moyen de sortir et les entreprises devraient aider ceux qui ont une addiction malsaine.

Je n’ai pas joué avant l’âge de 40 ans et j’ai vu une publicité pour un pari gratuit en ligne de 5€ que j’ai pris. J’ai commencé à parier sur Unibet après avoir vu une de leur vidéo Youtube parce que j’ai découvert que mon fils avait un handicap à l’âge de 11 mois et je pense que c’était ma façon d’y faire face.

Le jeu a pris le dessus sur ma vie. J’ai fini par perdre ma femme, ma maison et ma famille. Bien que je ne sois pas contre le jeu moi-même, je sais que je ne ferais pas un autre pari à nouveau. J’aimerais bien que l’industrie fasse plus d’efforts pour aider les joueurs à problèmes.

You may also like